domenica 7 giugno 2015

Hamid Zahir حميد الزاهر







Figlio della sua città , più precisamente del suo quartiere Zahiriya Arsat dal quale deriva il suo soprannome , Hamid Ben Taher, in arte Hamid Zahir, è una delle figure fondamentali della canzone marrakchie. Suonatore di Oud e cantante , ha portato avanti nel corso degli anni uno stile musicale personale basato in larga parte sul patrimonio musicale della sua città natale, che ha come basi la Dakka e la trance della tradizione Gnawa, al quale ha aggiunto una buona dose di allegria e gioia di vivere .

Nato da una famiglia proprietaria di una macelleria, affianca da adolescente i genitori nei lavori di bottega. Ha la sua occasione in ambito musicale in seguito alla conquistata indipendenza del Marocco nel 1956 e all'ondata di giubilo che pervade il paese. Tra feste spontanee e cerimonie ufficiali poche città furono immuni all' euforia collettiva che contagiò l'intera popolazione.

Hamid Ben Taher , giovane uomo sempre sorridente, pieno di gioia e capace musicista vaga ogni notte per la città rossa ,a bordo della sua Solex, in cerca di buon umore. Stringe amicizie e incontra persone finendo per creare un gruppo fedele ai principi musicali del tempo . Composto , oltre che da Hamid, da due donne e due uomini che applaudono e danzano nell'accompagnare le canzoni, il gruppo propone brani tratti dal repertorio popolare miscelando zajal, melhoun e poesia araba. Le esibizioni a matrimoni , battesimi e feste popolari e i siparietti comici che il gruppo inserisce all'interno della propria scaletta contribuiscono all'acquisizione di una grande notorietà. Vengono apprezzate sopratutto le qualità musicali di Hamid , sia come cantante che come suonatore di Oud.


Verso la fine degli anni 50 ad Hamid Zahir viene offerto di registrare alcuni dei suoi brani più conosciuti. Vengono cosi date alle stampe le canzoni "Awin Awin", "Ruach Li Bgha Yzour" e "Lila Sidi Aâmara" che aprono a questo trovatore di Marrakech le porte del successo nazionale.

L'incoronazione ufficiale come nuova stella del firmamento musicale marocchino avviene nel 1962, quando Hamid Zahir realizza il famoso brano "Marrakech Sidi Flotambo Fareh Lik" composto in onore del giovane Hassan II, incoronato re in seguito alla morte del padre Moḥammed V. Grazie a questa canzone ,presentata per la prima volta in pubblico durante una parata militare a Marrakech, Hamid Zahir viene chiamato per registrare le sue canzoni nei nuovissimi studi della Radio Nazionale Marocchina a Casablanca.

Il successo delle nuove registrazioni è tale che questo amante di Marrakech è costretto, con la morte nel cuore, ad abbandonare la propria città per trasferirsi a Casablanca. Nella metropoli Hamid Zahir conduce una doppia vita divisa tra i macelli, dove continua a lavorare la mattina, e gli studi dove registra le sue canzoni. Continua ad esibirsi in locali, feste private , matrimoni e cerimonie ufficiali. Diversi funzionari del regno, tra i quali il re Hassan II , utilizzano i suoi servizi in occasione di sontuose feste a corte.

La consacrazione del successo gli consente di dismettere i panni di garzone di bottega per dedicarsi completamente alla carriera musicale.

A metà degli anni '70, Hamid Zahir gode dello status di stella nazionale. La fama di canzoni come "Lalla Fatima" e "Ach Dak Tmchi Lzine" trascende i confini del Marocco e consente al suo autore di essere acclamato in tutto il modo arabo. Nel corso degli anni 80 Hamid Zahir porta la sua musica ai quattro angoli del globo . Effettua tournèe in tutta l'area araba e si spinge in luoghi lontani come Giappone e Australia. Divenuto il beniamino dell'intero popolo del Maghreb , viene decorato in Tunisia, per meriti musicali , dall'allora presidente Habib Bourguiba.

Tuttavia negli anni '90 improvvisamente Hamid Zahir decide di uscire di scena. Le sue apparizioni pubbliche si fanno sempre più rare. Tornato a vivere a Marrakech, dove possiede una casa e un caffè nel quartiere di Guéliz, frequenta più assiduamente la moschea e si esibisce in rare occasioni private. La rottura con il mondo della musica è completamente consumata nel 2004; costretto a letto da un infiammazione del nervo sciatico, il musicista è obbligato a ridurre i suoi movimenti al minimo . Ma il trovatore della kasbah ,gioviale ora come trent'anni fa ,continua a mantenere quel sorriso che lo ha fatto amare dal grande pubblico. Della notorietà di un tempo Hamid Zahir è oggi orgoglioso e rievoca con nostalgia i momenti di gloria che gli permisero di stare spalla a spalla con leggende della musica araba come Umm Kulthum, Abdel Halim Hafez, Mohamed Al Mouji e Oulaya , diva tunisina da lui adorata .

Fondamentale per lo sviluppo dell'identità musicale nazionale , con canzoni come "Al Gnawi Sidi Mimoun", "Andi Miaâd", "Lalla Zhirou" e "Ach Dak Tmchi lzine" Hamid Zahir è stato uno dei precursori del moderno Chaabi marocchino. 






















Hamid Zahir (حميد الزاهر) ou Hamid Ben Taher pour l'état civil est un oudiste et un chanteur populaire marocain. Est une figure emblématique de la chanson marrakchie. En effet, son jeu musical demeure particulier en ce sens qu'il prône le patrimoine musical de sa ville natale, à savoir les styles dakka, gnawa respirant les transes musicales utilisées pour donner à ses chansons un air de festivité.
Biographie et évolution musicale

Son surnom Zahir est inspiré du nom du quartier Arsat Zahiriya où il grandit à Marrakech.

Depuis qu'il a intégré le domaine de la chanson populaire qui l'avait tellement séduit depuis son enfance, Hamid ne cesse de promouvoir un style personnel, alliant paroles, musique et joie de vivre. Il figure comme l'un des principaux artisan de la la chanson populaire au Maroc, alors que ce crooner se dédiait à une carrière de boucher comme ses parents.

Pour situer le contexte qu'il fait situer lors de l'Indépendance du Maroc en 1956, une vague de liesse populaire s'empare du pays. Entre fêtes spontanées et cérémonies officielles, rares sont les villes épargnées par l'atmosphère d'euphorie collective qui y règnait alors. À Marrakech, les tentes se dressaient dans les rues de la ville pour abriter les festivités. Une bénédiction pour Hamid Ben Taher, jeune homme plein de joie qui sillonne chaque soir la ville ocre à bord de son Solex, en quête de bonnes ambiances. De réunions festives en soirées musicales, ce boucher de père en fils se lie d'amitié avec un groupe de musiciens, qui l'initient à l'art subtil et à la virtuosité du oud qu'il parviendra à maîtriser avec dextérité. Fidèle aux standards musicaux de l'époque, le nouveau groupe compte, en plus du chanteur, deux femmes choristes et deux hommes appelés Keffafa. Spécialistes de la fameuse Dakka Marrakchia, ces derniers tapent des mains et dansent pour accompagner les chansons. Tirées du répertoire populaire, elles mélangent zajal, melhoun et poésie arabe. De mariages en baptêmes, la troupe acquiert une grande notoriété parmi les Marrakchis, qui apprécient particulièrement son jeu musical au oud, les paroles de ses chansons, leurs rythmiques prenantes, et par-dessus tout, le jeu de scène de ses danseurs qui, en purs Bahjaoua, enchaînent pitreries et mimiques cocasses.


Il faudra cependant attendre la fin des années 50 pour que Hamid Zahir produise enfin ses propres chansons. Enregistrés dans les studios de la maison de production Sabah, des morceaux comme “Awin Awin”, “Rouah Li Bgha Yzour”, “Lila a Sidi Aâmara” deviennent très vite de véritables tubes. Repris partout au Maroc, ils ouvrent au troubadour de Marrakech la voie du succès national.


Le sacre arrive en 1962, lorsque Hamid Zahir produit sa célèbre chanson “Marrakech A Sidi Koulou Fareh Lik” (Tout Marrakech est heureux pour vous, Majesté). Composée en l'honneur du jeune roi Hassan II, qui vient tout juste d'être intronisé après le décès de son père. Cette chanson est présentée pour la première fois au public à l'occasion d'un défilé militaire organisé à Marrakech. Grâce à elle, Hamid Zahir est appelé à enregistrer ses chansons dans les studios flambant neuf de la radio nationale marocaine, situés au quartier Aïn Chock à Casablanca. “Je me suis présenté avec les 18 tours et les 45 tours que j'avais enregistrés auparavant. Ils ont été diffusés sur le champ sur les ondes et on m'avait invité à en produire d'autres au sein même des studios de la radio nationale”, se rappelle-t-il, avec nostalgie.


Véritable révélation, Hamid Zahir devient le chouchou du public marocain. Le succès est tel que cet amoureux de Marrakech se résout, la mort dans l'âme, à déserter sa ville natale pour s'établir à Casablanca.


Dans la métropole, Hamid Zahir mène une double vie, partagée entre les abattoirs, où il exerce son métier de boucher le matin, et les studios, où il enregistre ses chansons. Entre les deux, l'artiste autodidacte se produit également dans des cabarets, des soirées privées et des mariages. Fréquemment sollicité par le Makhzen artistique, Hamid Zahir est aussi de toutes les fêtes et cérémonies officielles. Conquies par sa musique joviale et entraînante, plusieurs hautes personnalités du royaume, dont le roi Hassan II en personne, recourent à ses services lors de soirées fastueuses où se côtoient les personnalités de la haute bourgoisien et têtes couronnées. Confiant en son avenir d'artiste, Hamid Zahir décide de laisser tomber sa blouse de garçon-boucher pour se consacrer entièrement à sa carrière musicale.

Au milieu des années 70, Hamid Zahir jouit déjà d'un statut de star nationale. Des chansons comme la fameuse “Lalla Fatima” et “Ach Dak Tmchi Lzine” transcendent même les frontières nationales, pour s'imposer sous des cieux aussi inattendus que l'Arabie Saoudite et le Koweït. Ils valent à leur auteur d'être sollicité pour des tournées internationales qui le mèneront aux quatre coins du globe, avec des concerts dans des contrées aussi éloignées que… le Japon et l'Australie. Plus près de chez nous, Hamid Zahir devient également la coqueluche du public maghrébin. En Tunisie, où il se déplace fréquemment, son succès est tel qu'il lui vaut d'être décoré par le président tunisien de l'époque, Habib Bourguiba.

Toutefois, à partir des années 90, et aussi subitement qu'il était apparu, Hamid Zahir décide de tirer sa révérence. Ses apparitions publiques se font de plus en plus rares. Établi à Marrakech, où il possède une résidence et un café dans le quartier Guéliz, il fréquente de plus en plus assidûment la mosquée et ne se produit plus que dans quelques rares occasions privées. La rupture avec la chanson est totalement consommée en 2004 : cloué au lit par une inflammation du nerf sciatique, l'homme est forcé de réduire ses déplacements au minimum et ses prestations publiques et télévisuelles deviennent rares.

Mais le troubadour de la casbah ne cède pas pour autant à la déprime. Jovial comme à ses vingt ans, il garde ce sourire « ultra-brite » qui a fait sa réputation auprès de son public.

De sa notoriété d'antan, Hamid Zahir tire aujourd'hui une grande fierté. Il évoque avec bonheur ces moments de gloire qui lui permirent de côtoyer des monstres sacrés de la chanson arabe tels Oum Kalsoum, Abdel Halim Hafez, Mohamed Al Mouji ou encore la diva tunisienne qu'il vénère, Oulaya.


(Source :  http://musiquechaabi.over-blog.com/  )


Hamid Zahir حميد الزاهر - Ana Handi Mihad Live  انا عندي  ميعاد




Vinyl 7" 
Koutoubiaphone
 
Side A Ana Handi Mihad Live

Side B Ana Handi Mihad Live

HERE




Hamid Zahir حميد الزاهر - Arissna Laâziz عريسنا العزيز






Vinyl 7" Koutoubiaphone


Side A   Arissna Laâziz عريسنا العزيز
Side B    Arissna Laâziz عريسنا العزيز


 HERE



Hamid Zahir حميد الزاهر - Lagnawi / Bara   لڭناوي  /  برا







Vinyl 7" Koutoubiaphone


Side A   Lagnawi
Side B    Bara


 HERE



Hamid Zahir حميد الزاهر - Chaïfin Lahbab Ktabat âlya  شايفين  الحباب  كتابت  عليا







Vinyl 7" La Voix Du Maghreb


Side A   Chaïfin Lahbab Ktabat âlya
Side B   Chaïfin Lahbab Ktabat âlya

HERE



Hamid Zahir حميد الزاهر - Ina'sh El watany  الانعاش  الوطنى






Vinyl 7" La Voix Du Maghreb

Side A    Ina'sh El watany
Side B    Ina'sh El watany



HERE




Hamid Zahir حميد الزاهر - Li Waldouni اللي والدوني






Vinyl 7" La Voix Du Maghreb


Side A     Li Waldouni  اللي والدوني
Side B     Li Waldouni  اللي والدوني


HERE





Hamid Zahir حميد الزاهر - Zine Bent Bladi/Semâaou Ya Lahbab







Vinyl 7" Casaphone


Side A     Zine Bent Bladi
Side B     Semâaou Ya Lahbab


HERE



Hamid Zahir حميد الزاهر -EH1099






Tape Hassania   EH1099

A1 Sheftha Ghir b-Nedhra
A2 Lil Lil Ya Sidi Aamara
B1 Kulshi Msha Ghafel
B2 Lawah Asi Lawah


HERE



Hamid Zahir حميد الزاهر -CKTP5006







Tape  Koutoubiaphone   CKTP5006

01 Lalla Souad
02 Hada Wa'du Meskin - Lagnawi
03 Lil Lil Ya Sidi AÌamara
04 Lghorba
05 Ma Bghit Zuwwej

HERE



Hamid Zahir حميد الزاهر تيق بيا راك عزيز





Tape Voix Atlas VA324


A1 Tiqi Biya Rak AÌziz تيق بيا راك عزيز
A2  Haram AÌlik ya Dunya  حرام عليك يا دنيا 
B1 Mali ou Mal Ennas  مالي ومال الناس
B2 Daba Iferrej  دابا يفرج الله


HERE



Hamid Zahir حميد الزاهر - Sawt al Atlas VA886


                                     


CD Sawt al Atlas V/A 886




01  Lalla zhiro
02  Chaifine Al Hbab
03  Rah Blani Ya Lalla 
04  Salh Ya Al Botali
05 Armit Rassi Fi Al Nar
06   Daba Eji Al Hbiba 
07 Aouicha



HERE




Hamid Zahir    حميد الزاهر  - Lalla Fatima  اللا فاطمة





01 Lalla Fatima اللا فاطمة
02 Ach Dak Temchi Le Zine آش داك تمشي لزين
03 Arouah Li Bgha Yzour رواح اللي بغايزور
04 Li Waldouni اللي والدوني

 

HERE





3 commenti:

  1. Grazie a Te. Sono stato per un certo periodo a Marrakech ed ho ascoltato molto la musica di Hamid zahir, un post mi sembrava d'obbligo.

    RispondiElimina

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...